Chargement…

SANTA CRUZ

Du folk, de la pop, fabriqués à Rennes, France.

 

Projets (1)

SANTA CRUZ - NOUVEL ALBUM

Depuis le début de Santa Cruz en 2003, nous produisons nos albums à la force de nos petits bras, et nous en avons été bien récompensé. 5 albums, pleins de concerts et de belles rencontres avec vous qui nous suivez, et des belles surprises comme Archive qui reprend un de nos titres, le projet symphonique avec Joseph Racaille et l'Orchestre de Bretagne, ou le plaisir d'inviter des musiciens que l'on aime à jouer avec nous (Red, Thomas Belhom, Billy Conway de Morphine, Laetitia Sheriff, ou encore Pascal humbert de 16 Horsepower). En 2016 nous avons décidé de continuer sur ce chemin de l'indépendance et de mettre en route le 6ème album du groupe, avec l'ambition de travailler avec un producteur artistique, ce que nous n'avons jamais fait auparavant, et dans un studio différent de notre cher studio Cocoon habituel. Nous avons donc passé cette année à écrire, travailler, arranger des nouvelles chansons, que nous sommes maintenant prêts à enregistrer. L'enregistrement va débuter le 23 janvier 2017 au studio Vega, à Carpentras. Nous serons accompagnés aux prises de sons et au mixage de l'album par Ian Caple (Tindersticks, Bashung, Tricky), assisté de notre ami Romain Baousson, lui-même ingénieur du son et musicien. On a aussi demandé à Joseph Racaille de nous écrire des arrangements de cordes et cuivres sur 5 titres. Et il y aura aussi le violon de Mirabelle Gillis (avec qui Thomas joue sur la tournée Miossec) sur certains morceaux, mais on ne sait pas encore lesquels (il faut toujours laisser la place à un peu d'imprévu). Tout cela est enthousiasmant, on a hâte d'y être, d'autant plus que l'on va vous proposer quelque chose d'assez différent des albums précédents. D'ailleurs, si on ne change pas d'avis dans les mois qui viennent, l'album va s'appeler Heavy Dancer. Il y aura de la pop lumineuse, de la soul chaloupée, mais aussi, je vous rassure, quelques chansons inquiètes et mélancoliques. C'est vrai, c'est ambitieux, et c'est justement pour ça que l'on a besoin de tout votre amour et d'un peu de votre argent. Parce que tout ça coûte un peu cher, et que de toutes façons, dès le début, on avait pensé à vous pour vous laisser la possibilité d'y participer. Alors avec le site Microcultures, on vous a concocté différentes formules de participation afin de finaliser cet album, qui sortira en octobre 2017. Gràce à vous nous pourrons le masteriser, le fabriquer en cd et en vinyle, en faire la promotion dans les médias, et peut-être même faire un chouette clip si la somme le permet. Merci à vous, Santa Cruz

10 687 €
Objectif : 10 000 €
Projet financé
227 microcultivateurs
107 %
Voir ce projet
Partager Tweet

La vérité, c’est qu’on n’avait encore rien vu.

On les avait connu cousins français de Will Oldham et Sparklehorse sur leurs deux premiers albums, puis devenir un groupe rugueux avec « A beautiful life« , disque orageux de 2009, se rapprocher du regretté Elliott Smith en 2013 avec leur « Elvis in Acapulco« , et enfin, en 2014, revisiter leur répertoire avec « Microrgan« , album sans électricité mais pas sans étincelles.

Mais la vérité, c’est qu’on n’avait encore rien vu.

De retour dans une formule réduite à 5 musiciens et avec de nouvelles chansons, Santa Cruz démontre une fois de plus qu’on peut changer sans cesse, sans jamais se renier. Plus soul, plus pop et sexy, mais toujours aussi inquiètes et mélancoliques, ces nouvelles compositions seront saisies sur bandes au début de 2017 par le trop rare Ian Caple (producteur des grands disques de Tricky, Tindersticks, et du magistral « Fantaisie Militaire » d’Alain Bashung). A l’arrivée : une douzaine de chansons comme autant de déclinaisons autour d’une même thématique: ce qui nous rapproche lorsque le monde part en vrille. Un lien trouble et ténu, alors que sourd la menace du chaos. Où l’on croisera, entre autres, les fantômes de la Motown et de Roy Orbison, ou Lee Hazlewood au milieu d’un dancefloor bondé.

Partager Tweet
Play
Partager Tweet